GSK et le contournement Nord de Wavre : étude de mobilité


Note : 3.7/5 (16 notes)

Mots-clés : , , , ,


Eléments trouvés dans l'étude d'incidences (2012) du permis unique GSK pour immeuble de parking (970 places). Cette étude n’a malheureusement
pas fait l'objet d’une publication sur internet.

NDLR =
note de la rédaction.
 

Origine des travailleurs

D’après l'enquête domicile-travail menée par GSK en 2011-2012 (données Janvier 2012) : la carte (figure 42 de l’EIE- p.148) de répartition géographique des domiciles des travailleurs de GSK est éloquente : le nombre de travailleurs de la firme en provenance des communes susceptibles d’utiliser le contournement Nord est très peu significatif.

Les 10 communes d'origine les plus représentées par travailleurs (en ordre décroissant d'importance):

  • Wavre (6,2%) : Intra-muros
  • Rixensart (3,9%) : E411 Bierges
  • Ottignies-Louvain-La-Neuve (3,6%) : E411 Bierges
  • Charleroi (3,2%) : E411
  • Namur (3%) : E411
  • Gembloux (2,6%) : E411
  • Eghezée (2%) : E411
  • Grez-Doiceau (1,7%) : N25/E411
  • Chaumont-Gistoux (1,6%) : l'usage du contournement est possible. Conflit potentiel au retour lors de la sortie vers la chaussée de Perwez.
  • Ixelles (1,8 %) : E411 Bierges


Quelques éléments sur la saturation

Par exemple, au rond-point Mercedes, le soir, le trafic à l'heure de pointe = 1000 evp/h le soir. Sur ces 1000 evp : 450 evp se rendent vers Bruxelles, 250 evp vers Namur et 300 vers Rixensart. La saturation est déjà avérée actuellement (p.172 à 177). Notamment au niveau du rond-point Audi : la branche ouest de ce carrefour présente une réserve de capacité de 20%, soit d’un peu plus de 500 véhicules. Le flux de trafic entrant depuis cette branche est relativement conséquent (2.075 evp/h en moyenne entre 07h00 et 09h00). Par moment, durant les périodes d’hyper-pointe, on se rapproche de la capacité maximale de la branche, estimée à près de 2.600 evp/h.

Projections de personnel à l'horizon 2015-2018 : les perspectives 2015 et 2018 nous apprennent que GSK prévoit d'engager 700 personnes supplémentaires d'ici 2015 (+35 en 2018) + projet CODIC de bureaux (entrée au niveau du rond-point Audi) représentant 300 personnes supplémentaires, soit un total de 1000 personnes. NdR. L'origine des nouveaux arrivants n'est pas définie. Le projet CODIC est localisé à l'opposé de GSK.

Globalement, cette nouvelle répartition des flux et la légère augmentation du trafic générée ont peu d’impact en termes de fluidité de la circulation. La plupart des branches des carrefours étudiés conserve ainsi une réserve de capacité supérieure à 25 %, et même généralement supérieure à 50 %. [...] Pour ce qui est du carrefour Mercedes: la réserve de capacité pour cette branche passerait ainsi de 10 à 2%. [...] Pour le carrefour Audi, on attend une diminution de la réserve de capacité de la branche ouest, passant de 20% à 15%, suite à l’augmentation potentielle des flux entrant depuis cette branche (+ 125 evp/h en hypothèse maximaliste). On peut donc s’attendre, comme en situation existante, à quelques remontées de files ponctuellement (hyper-pointe). La plupart du temps, la fluidité du trafic sera toutefois garantie

Par conséquent, l'étude envisage la création d'une deuxième bande sur la chaussée des Collines (p.214). Ces voiries telles qu’elles existent actuellement seraient donc tout à fait capables d’accueillir le trafic supplémentaire moyennant quelques aménagements.

Compléter le contournement Nord de Wavre en connectant la N257 à la N25

NDLR : cette étude n’envisage pas un certain nombre de choses dont les influences d’un contournement sur les zones adjacentes telles que l’échangeur de Louvrange, les sorties à Gastuche, les ronds-points de Grez-Doiceau. Elle n’envisage pas non plus la perte de contrôle de flux qu’occasionnerait ce contournement. Il pourrait devenir une alternative intéressante (via la N4, via Ottenburg, Huldenberg, …) pour se rendre à Bruxelles quand l’E411 est bloquée à partir de Rosières par exemple. Les flux vers Leuven ou la périphérie nord-est de Bruxelles sont peut-être à prendre en compte.

Cette éventualité a déjà fait l’objet d’une évaluation dans le cadre de la réalisation du plan de sécurité routière de Wavre (2004), qui recommande la création d’une telle connexion entre la N257 et la N25. Les deux principaux arguments avancés sont le désenclavement du parc d’activités économiques de Wavre Nord et la protection du centre-ville du trafic de transit (permettant le développement des modes de transports alternatifs à Wavre). Ce contournement présenterait en effet l’avantage de désenclaver le parc d’activités économiques, mais également de désengorger celui-ci, et particulièrement l’échangeur autoroutier et la chaussée des Collines, qui durant les heures de pointe absorbe entre 1.750 et 2.500 evp/h selon les tronçons considérés (les deux sens confondus). Le contournement améliorerait donc globalement les conditions de circulation au sein du zoning et aux abords, ainsi que dans le centre de Wavre. Néanmoins, compte tenu du report de trafic qu’il devrait induire (report du trafic transitant actuellement par le centre de Wavre sur ce contournement, [NDLR si report effectif il y a], il est possible que le trafic soit chargé sur celui-ci durant les heures de pointe, dépendant de la manière dont le flux pourrait se réorganiser suite a la mise en œuvre de ce contournement. S’il améliorerait probablement les conditions de circulation dans le zoning, la création d’un contournement ne devrait pas, en revanche, contribuer à inciter à l’utilisation de transports alternatifs à la voiture. Selon le tracé retenu, il pourrait aussi générer du transit sur d’autres voiries ou quartiers. Dans le cadre de cette étude est évaluée la part du personnel de GSK qui pourrait potentiellement utiliser ce tronçon du contournement pour effectuer leur déplacement depuis et vers leur lieu de travail. Pour ce faire ont notamment été utilisées les statistiques quant à l’origine du personnel de GSK. Ainsi, il a été estimé qu’environ 65% du personnel de GSK pourrait utiliser ce contournement, soit par extrapolation, environ 3.500 employés à l’horizon 2018 (cf. Figure 86) [Cette thèse est-elle défendable au regard des chiffres ci-dessus ?]. Au regard de ces chiffres, le contournement trouve donc un intérêt et permettrait de soulager le trafic au sein même du zoning ainsi qu’au niveau de l’échangeur autoroutier de Bierges. En revanche, dans le cadre de la présente étude, ne sont pas du tout évalués les impacts en dehors de ces deux zones, notamment au niveau de l’échangeur de Louvrange, ou encore de Gastuche. (Page 208 de l’étude)

D'autres informations similaires




 
Modèle several3 par Net-Tec Internet Solutions Adapté pour ViaBloga par Alexandre Fontenaille.