Les routes de l'emploi


Note : 3.5/5 (26 notes)

Mots-clés : , ,

Le contournement nord de Wavre fait partie des routes de l'emploi. Mais qu'est-ce que ce concept?

Le concept des routes de l’emploi est séduisant sur le papier.
Les Routes de l’Emploi sont de nouvelles infrastructures d’accès à des zones d’activité économique, à des pôles économiques urbains ou encore à des sites hospitaliers, caractérisées par leur haut niveau d’efficacité et de pertinence sur le plan de l’attractivité, du développement économique et de la mobilité des travailleurs, des clients et des fournisseurs.
Source 

Mais ce concept est-il finalement adéquat ?
Il semble y avoir une volonté keynésienne de doper l’emploi par la construction d’infrastructures.
Selon le gouvernement wallon, qui s'appuie sur des chiffres livrés par un consultant extérieur, ce plan d'investissement va considérablement stimuler l'économie wallonne puisqu'il assurera l'emploi de 6 à 8.000 personnes et fera croître le PIB de la Région de l'ordre de 520 millions d'euros. "Cela va donner un bulle d'air extraordinaire au secteur du génie civil", s'est félicité M. Prévot.
Source 

Est-ce encore pertinent d'envisager une amélioration de l'emploi sous cet angle?

D'abord, il n'est pas certain que les emplois liés à ces travaux bénéficient totalement ou principalement à la région wallonne (ou même à la Belgique).

Par ailleurs, s'il est clair que nos réseaux routier et hydraulique nécessitent des investissements pour leur entretien et que de nouvelles infrastructures peuvent être nécessaire ici ou là,  l’investissement dans la route n’est-il pas empreint d’une vision passéiste de la mobilité. Pour des raisons évidentes de lutte contre le réchauffement climatique, favoriser l’usage de la voiture est une ineptie. Mais La Belgique est le pays qui consacre le plus de superficie à la mobilité automobile. La Wallonie n’est pas en reste.
Cela n’est pas sans conséquence sur la perte de terres agricoles, généralement de bonne qualité ou de milieux de haute qualité biologique. Et cela sans compter sur l'influence négative sur des sites déjà urbanisés. Lire ceci et cela à ce sujet.

En d’autres termes s’impose la nécessité d’étudier réellement la pertinence de ces nouvelles infrastructures en tenant de leurs impacts directs sur l’environnement et de la diminution nécessaire du trafic automobile et d'orienter les moyens vers des travaux plus pertinents.

A noter que la mise-en-œuvre de ce plan n’échapperait à l’habituelle sous-régionalisme wallon.
Des projets parmi lesquels l'arrivée à Pairi Daiza (à l'ouest sur la carte), au zoning des Hauts Sarts à Liège (un peu plus à l'est) ou, entre les deux, l'accès à l'Ecopole de Farciennes. Au total 10 chantiers sur lesquels toutes les bonnes volontés ne pouvaient que s'accorder, dans l'intérêt général de la Wallonie. Sauf que, en Wallonie, cette notion d'intérêt général n'existe pas. Le ministre en est donc réduit à tenter de "hiérarchiser les priorités".

D'autres informations similaires




 
Modèle several3 par Net-Tec Internet Solutions Adapté pour ViaBloga par Alexandre Fontenaille.