Le marais de Laurensart, Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)


Note : 3.8/5 (29 notes)

Mots-clés : , , , ,

Description physique

Le site se trouve dans la plaine alluviale de la Dyle, très large à cet endroit, au nord-ouest de la voie ferrée Wavre-Louvain. Jadis existait une peupleraie très jumide avec eau stagnante. Un grand étang y a été créé il y a une quinzaine d'années, en creusant le sol et en formant des 'digues' avec les déblais. Une vaste roselière s'y est installée. Elle reste sous eau en permanence et est entrecoupée de zones d'eau libre surtout à son extrémité nord-est.


Description biologique

La partie atterrie de l'étang est occupée par une très vaste roselière de Phragmites australis poussant en bouquets et formant des peuplements quasi monospécifiques.

On peut observer la succession suivante, de l'eau libre jusqu'à la terre ferme : roselière, roselière asséchée, magnocariçaie à Carex acutiformis, saulaie à Salix cinerea, frênaie-aulnaie.
- La phragmitaie (Phragmites australis) est quasi monospécifique ;
- la magnocariçaie à Carex acutiformis groupe quelques espèces de haute taille comme Eupatorium cannabinum, Epilobium hirsutum, Heracleum sphondylium, Solanum dulcamara,... ;
- des buissons de Salix cinerea sont implantés çà et là en bordure de la roselière et de la magnocariçaie;
- la frênaie-aulnaie située entre l'étang et le canal qui le longe montre Fraxinus excelsior, Alnus glutinosa, Sambucus nigra, Viburnum opulus, Euonymus europaeus, Ulmus x hollandica, Prunus padus, Cornus sanguinea, Crataegus monogyna, Acer pseudoplatanus, Ribes rubrum, Rubus caesius, Rubus sp., une espèce ornementale, Symphoricarpos albus et parmi les herbacées, des plantes nitrophiles et hygrophiles comme Urtica dioica, Galium aparine, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Silene dioica, Geranium robertianum, Alliaria petiolata, Adoxa moschatellina, Calystegia sepium, Aegopodium podagraria, Rumex sanguineum, Circaea lutetiana et des espèces des mégaphorbiaies (Cirsium oleraceum, Scrophularia auriculata, Eupatorium cannabinum, Epilobium hirsutum, Solanum dulcamara, Filipendula ulmaria, Angelica sylvestris, Valeriana repens, Heracleum sphondylium,...).


Monument naturel

Canaux, étangs dans la propriété de Liedekerke.

Monument historique

Château moyen-âgeux du XVIe siècle, restauré, entouré de ses douves, avec reste de pont-levis. Château de Laurensart, situé à flanc de coteau datant de 1907.


Histoire du site

D'après Ferraris : Wavre, prairies humides dans la vallée de la Dyle depuis Basse-Wavre.

Complément d'informations

Le Marais de Laurensart (NATURA 2000 DYLE Gastuche- Archennes)

La roselière de Laurensart, la plus grande roselière de la vallée de la Dyle (13 ha), est intéressante tant du point de vue botanique qu'herpétologique et surtout omithologique.

Elle abrite l'Alyte accoucheur, (Alytes obstetricans.), petit crapaud devenu fort rare en Brabant. On y dénombre de nombreuses espèces d'oiseaux, dont 89 espèces nicheuses. Parmi celles-ci 12 espèces très rares et 23 espèces rares. Ces espèces nichent dans la roselière, la bordure boisée et les prairies environnantes. C'est un des deux seuls sites de la vallée de la Dyle entre Wavre et Leuven et un des rares sites belges ou le Butor Etoile (Botaurus stellaris) estive et ou un male cantonne a chanté de façon prolongée en période de reproduction. Celle-ci, possible, est très difficile à prouver formellement pour cette espèce crépusculaire et nocturne aux mœurs très discrètes.
Certaines années, on y voit nicher le Busard des roseaux (Circus aeruginosus), fait très rare en Brabant. Les Rousserolles effarvatte (Acrocephalus scirpaceus) et verderolle (Acrocephalus palustris) ainsi que le Bruant des roseaux nichent également à cet endroit et la turdoïde (Acrocephalus arundinaceus) y a niche. La Gorgebleue à miroir (Luscinia svevica) s'y reproduit irrégulièrement. Le Martin-pêcheur (Alcedo atthis) y niche.
Sur les vasières, on peut apercevoir des limicoles tels le Chevalier culblanc (Tringa ochropus) ou le Courlis cendre (Numenius arquata). Des anatidés profitent également de la quiétude des roseaux et de la proximité du bois pour y élever leurs jeunes; ainsi Sarcelle d’été (Anas querquedula) et Sarcelle d’hiver (Anas crecca) sont signalées comme nicheuses à Laurensart (fait rare en Brabant). Le Canard souchet (Anas clypeata), le Fuligule morillon (Aythya fuligula), le Fuligule milouin (Aythya ferina) y nichent également .Souvent on peut apercevoir survolant ce territoire la Buse variable (Buteo buteo), la Bondrée apivore (Pemis apivorus), l'Autour des palombes (Accipiter gentilis), l'Epervier d'Europe (Accipiter nisus) et les Faucons hobereau (Falco subbuteo) et crécerelle (Falco tinnunculus. Ces six espèces de rapaces nichent dans les bois environnants. Le Milan noir (Milvus migrans) a fait une tentative de nidification, fait rarissime en Basse et Moyenne-Belgique. Le Balbuzard pécheur (Pandion haliaetus) s'y arrête et s'y nourrit chaque année lors des migrations de printemps et d'automne.

Le bois de Laurensart abrite une hêtraie acidophile à sous-bois d’Ilex ainsi qu'une chênaie mélangée d'humus doux à Allium ursinum. L'on peut y entendre le martèlement du Pic épeiche (Dendrocopos major), de l'épeichette (Dendrocopos minor), du Pic noir (Dryocopus martins) ainsi que les Pies vert (Picus viridis) et mar (Dendrocopos medius). On y rencontre également de petits carnassiers tels la Belette et le Renard roux.
[…]Ce site doit être absolument protégé et la qualité de sa roselière doit être garantie par des mesures de gestion appropriées. La carte d'évaluation biologique de la Belgique (I.H.E.) le définit comme d’une très grande qualité biologique.
  • II figure à l'inventaire ISIWAL des sites d'intérêt biologique de Wallonie, dans la liste des zones à protéger en première urgence.
  • II figure comme « Zone Centrale » à l'inventaire du réseau écologique de la commune de Grez-Doiceau (Plan Communal de Développement de la Nature).
  • Le marais de Laurensart est site classé (17 juillet 1991).
  • II s'agit d'un site d'intérêt européen où trouvent refuge des espèces d'oiseaux cites dans l'annexe I de la directive 79/409/CEE et dans l'annexe 11-1; ainsi que des espèces comme l'alyte accoucheur ( Alytes obstetricans) figurant dans l'annexe 11-a de la directive 92/43/CEE.
  • C'est un lieu de gagnage pour 6 espèces de chauves-souris (Amaury HENS, 2006). Les chauves-souris sont protégées par la directive européenne 92/43/CEE Faune, Flore, Habitats.
  • Le marais de Laurensart est une des trois« Zones Noyaux »de la Zone de Protection Spéciale de l'avifaune européenne « Dyle-Dijleland ».
  • II est en Zone de Conservation Spéciale Natura 2000 (BE 31012).
Le marais de Laurensart, en tant que la plus grande roselière de la vallée de la Dyle et ayant déjà abrité la nidification probable du Butor Etoile (Botaurus stellaris) devrait être pris en compte dans le Plan d'action de la Commission européenne pour le Butor. En ce qui concerne la Belgique, ce plan définit une série d'actions pour assurer la protection et le développement de cette espèce.

 

Adresse : Sentier R. Baes, 1390 Grez-Doiceau, Belgique

D'autres informations similaires




 
Modèle several3 par Net-Tec Internet Solutions Adapté pour ViaBloga par Alexandre Fontenaille.