Le Pic noir


Note : 3.5/5 (34 notes)

Mots-clés : , ,

Une flèche noire traverse l’espace entre les arbres en lançant un cri aigu « kou, kui, kui, kui... ».
Pas entièrement noir en observant plus attentivement : une calotte rouge, entière pour le mâle et partiellement rouge à l’arrière pour la femelle, apporte une tâche colorée à cet ensemble assez uniforme. Dès janvier, son tambourinage sonore annonce la saison des parades.

Le Pic noir (Dryocopus martius) est notre plus grand pic ; il est moins connu que le Pic vert et Pic épeiche. Il vit et s’alimente dans des forêts mixtes de feuillus et conifères. Il se nourrit principalement de fourmis et d'insectes xylophages qu’il trouve en perforant l’écorce des arbres avec son bec pointu. Il creuse lui-même son nid dans des arbres sains ou malades laissant une ouverture de forme ovale. Il est une des rares espèces à creuser ses propres cavités. Après la période de nidification, il les abandonne volontiers à d’autres espèces recherchant ce genre d’hébergement : mésanges, sittelles, martres et même abeilles et guêpes. Le Pic noir est donc un maillon important pour la biodiversité de notre région.

Le Pic noir se porte bien au Sud du sillon Sambre et Meuse ainsi qu’en Campine. Il est également présent dans la vallée de la Dyle et est même nicheur dans le Bois des Vallées et le Bois de Laurensart-ouest. Il se nourrit dans les bois longeant la Dyle.

Le contournement de Wavre le perturbera significativement par la destruction de son habitat, la réduction de la quiétude,…

Sources : Lars Svensson, Le guide ornitho ; Oiseaux.net ; Observations.be ; Biodiversite.wallonie.be ; Wikipedia
Photo en annexe ; © Wikipedia - Alastair Rae
 

D'autres informations similaires




 
Modèle several3 par Net-Tec Internet Solutions Adapté pour ViaBloga par Alexandre Fontenaille.